** Two English Mums with 28 years experience living in France! **
Accommodation searches short, medium & long term
Help with house purchases (we are not an estate agent, therefore totally without bias)
Help with Utilities - English speaking contacts for all requirements (Banking, Insurance....)
English TV installation - Telephone & internet installations
Holiday Home / Gite Management (15 years experience in the UK Travel Industry)
Making friends - Helping with schools, creches, nannies, shopping, home-making...
We charge an hourly rate or part thereof
Our overall aim? To get you independent as quickly and painlessly as possible
Telling you how it is, no rose-tinted spectacles here.

Herault's Notaire's annual study on the real estate market


La Chambre des notaires de l’Hérault a présenté son étude annuelle du marché.

À Montpellier, le nord de la ville reste le quartier le plus cher en matière de prix dans l’immobilier. En 2009, un appartement dans l’ancien s’est négocié, en moyenne, autour de 2 624 € le m². Si l’on considère que l’an dernier, sur l’ensemble des quartiers de Montpellier, la baisse des prix dans l’ancien a été de 6,8 %, sur ce seul quartier nord. Soit la plus faible baisse de tous les quartiers recensés dans l’étude que vient présenter la Chambre des notaires de l’Hérault, en partenariat avec Perval. Cette enquête fait le bilan de l’état du marché de l’immobilier à Montpellier, à partir des données 2009, fournies par les études notariales.

À elle seule, la ville de Montpellier
a concentré, l’an dernier, 40 % des ventes de logements anciens du département de l’Hérault. Soit plus que le littoral (39 %). « C’est la première fois, depuis le lancement de notre étude annuelle, que Montpellier dépasse en volume de transactions les communes du littoral. Jusque-là, la capitale régionale représentait aux alentours de 33 % des ventes et le littoral autour de 45 % », précise François Granier, qui présentait l’étude pour la chambre des notaires de l’Hérault. À Montpellier, la surface moyenne des appartements vendus était de 60 m², contre 33 m² pour le littoral.

Si c’est dans le quartier nord que l’on a enregistré la moins forte baisse des prix dans l’ancien, constatée l’an dernier, c’est en revanche dans l’Écusson qu’elle a été la plus importante : - 12,4 %. Soit un peu plus que le sud de la ville, où la baisse des prix a été de près de 12 %. « Je suis quelque peu étonné par ce niveau dans nos activités, nous l’évaluons plutôt autour de 10 % », commente Christophe Jay, président de la Fnaim Hérault.

Les notaires relèvent d’autres surprises. « Il est intéressant de comparer ces évolutions avec celles de deux quartiers emblématiques de Montpellier, La Paillade, ou Mosson si vous voulez, et Antigone », suggère François Granier. Qu’observe-t-on ? Que sur le quartier Mosson, la baisse des prix n’a été que de 3,1 %. Il faut, certes, relier cette observation au niveau des prix de l’ancien. C’est sur cette zone que le niveau des prix est le plus bas. L’an dernier, le prix moyen du m² s’est négocié autour de 1 259 €. Soit moins de la moitié de celui du quartier nord.

Quant à Antigone, les prix ont baissé de 6,2 %. Soit presque la moyenne de la ville, qui, rappelons-le, a été, elle, de 6,8 %. Côté prix moyen, le quartier bofillien s’est négocié autour de 2 796 € le m². Cela fait, certes, plus cher que pour le quartier nord, mais le prix du m² à endroit concerne un appartement dont la surface moyenne est de 44 m², tandis que le niveau des prix d’Antigone est associé à un logement dont la surface moyenne est de 62 m².

Autre information majeure : l’évolution des prix sur les cinq dernières années. Une observation qui est, là, pertinente pour qui veut cerner la valeur d’un quartier comme celui d’Antigone, de création récente. Le niveau des prix s’y est accru de 21,1 %. Il a augmenté de 40,5 % à La Paillade (ce qui balaie les préjugés) et de 26,4 % dans le quartier nord. Sur l’ensemble de la ville, la hausse des prix du m² dans les appartements anciens a été, en moyenne, de 24,8 %.

Concurrence neuf-ancien C’est l’un des constats les plus inattendus de l’étude de la Chambre des notaires de l’Hérault-Perval sur le marché de l’immobilier montpelliérain. Le niveau de prix dans le logement ancien et les avantages liés à l’acquisition d’un logement neuf rendent l’écart entre les deux types de logements extrêmement réduit. « Il y a dix ans, le prix d’un appartement neuf était égal à 1,8 fois le prix d’un appartement ancien. Aujourd’hui, le neuf égale 1,4 fois l’ancien », explique François Granier. Il va plus loin. Selon lui, si l’on tient compte des avantages liés à la loi Scellier, qui offre 25 % de réduction d’impôts lors d’un achat dans le neuf, si l’on prend en compte la différence des frais de notaires entre le neuf (5 %) et l’ancien (12 %), si l’on y ajoute les travaux nécessaires à la rénovation d’un logement ancien, « au final, quand on intègre tous ces paramètres, le neuf et l’ancien se trouvent aujourd’hui en concurrence ».


No comments: